15 acrostiches sur… DESTRUCTION

De vilains rêves me hantent aux noires heures de la nuit.
En silence, je souris en pensant à chasser
Soudainement les plaies qui suppurent au passé,
Tenté de les gratter, pour tromper mon ennui.
Racler le fond du puits où l'abomination,
Un démon sans attache aux pouvoirs étonnants,
Crève d'envie de briser la civilisation,
Tirant ses flammes puantes sur les saints bedonnants,
Irradiant de lumière les puits obscurs du temps,
Ouvrant de larges brèches dans les murs rebutants,
Nourri de nos dégoûts pour les rois des égoûts…

Dis-moi si je suis fou de vouloir tout jeter…
Et l'eau de la baignoire, et le gentil bambin,
Sans craindre la morsure du remord breveté ?
Tous les puants spectacles m'ennuient comme chérubins,
Rappelant à mon âme combien l'erreur humaine,
Universelle, lassante, que les dieux nous amènent,
Cogne dans mes artères, pour crier au mensonge.
Tout pourrit mollement au fond de nos prisons,
Illusions parasites de nos plus mauvais songes,
Oublis les plus feutrés de nos pires trahisons,
Nocturnes pollutions dans des bruits de succion…

Des années vont passer dans une vaine attente
Et les fous les plus las iront planter leur tente
Sans voir qu'ils ont perdu toute chance de l'emporter…
Tout le temps qui s'écoule va dans le mauvais sens
Retirant de nos mains la force de porter
Un poids toujours plus lourd avec chaque naissance.
C'est hier qu'il fallait oser dresser la tête,
Tandis qu'après-demain, tous nos cheveux blanchis
Iront confectionner un manteau d'épithètes
Ornementé de vers timides ou affranchis,
Nobles péroraisons en panne de livraison.

Dans l'eau, je vais cracher mon dégoût cumulé,
Etourdi de l'horreur qui n'a point reculé,
Saturé de douleur de voir tant maculer
Tous les projets humains qui auraient stimulé,
Régénéré le monde, ainsi reformulé…
Un soupçon de salive ainsi véhiculée,
Collée par les caillots de sang coagulé,
Tout est prêt pour la fin des temps bien reculés :
Interrompre vos jeux, ne plus gesticuler,
Ouvrir vos yeux saoulés de trop déambuler,
Nouer vos doigts crochus, lassés de spéculer…

Des temples en chocolat aux palais de papier,
En un mois on pourra rebâtir ces clapiers.
Si l'envie est plus forte, on jettera au feu
Tous les livres de droit dont les patrons suiffeux
Retiraient avantages et pouvoirs merveilleux.
Un vent de saine folie calmera l'appétit,
Comme l'avidité, partie en confettis !
Tordu est mon esprit, dans son abri crayeux !
Il divague au grand jour, dans les plis d'Internet,
Ondulant du clavier sur l'air des bombinettes,
Navré du clair silence moquant les cris qu'il lance…

Dommage que la violence soit un mal nécessaire,
Et c'est la faute à ceux qui s'accrochent au dessert :
Serpentins profiteurs gorgés de sucreries,
Tous vos ergots sont fiers d'adhérer aux assiettes,
Rotant les crus classés, hilares aux pitreries,
Un mépris ostensible débordant la serviette…
C'est qu'il nous faudra donc écraser ces cafards,
Tous ces beaux parasites, qui se gorgent sans fard,
Ignorant tout partage, tirant la couverture,
Odieusement présents derrière chaque ouverture,
Narquois vers bien luisants, rendant l'enfer cuisant !

Dans l'idéal qu'importe que l'enfer soit sur terre,
Et que certains profitent de leur naissance inique,
Serrant les ceinturons de manière planétaire,
Tuant par négligence ou nettoyage ethnique ?
Regardez donc nos vies qui ne dureront pas…
Un siècle va passer, et qu'importent nos pas ?
C'est à l'échelle humaine qu'on crie au gaspillage,
Tandis qu'une poignée se complaît au pillage.
Il est des traditions qui sont bien familiales…
Oh ! Les esclavagistes ont la piété filiale !
Nourris du sang humain, ils aiment le rouge carmin…

Des siècles d'oppression et de capitalisme,
Est-ce assez ou faut-il encore en entasser ?
Si l'on changeait de jeu, parce qu'on en a assez ?
Tâchons de nous tourner vers l'universalisme,
Rejetant les parties de vain Monopoly !
Un souffle de fraîcheur, des relations polies,
C'est une autre nature que la vie d'aujourd'hui…
Toute l'histoire humaine nous a ici conduits,
Il est temps d'inverser les valeurs éternelles.
Oublions d'entasser, en rats irrationnels !
Nous n'emporterons rien, sauf quelques acariens…

Depuis qu'il y a de l'or, on ignore le partage,
Et la misère humaine est due aux héritages.
Si l'on abandonnait son or à son décès,
Tous les pauvres en auraient, pour de nouveaux essais…
Regardez la logique de l'accumulation :
Un peu plus chaque jour nous rend plus estimable.
C'est fou, mais c'est ainsi : l'argent nous rend aimable !
Tout tourne autour du fric et quelle émulation !
Il y en a souvent trop et ailleurs il en manque,
Oui, mais "c'est moi qui compte", et le reste ? "À la banque !"
Navré de telles idées, mon cerveau va rider…

Donnez-moi les moyens de tout faire exploser
En millions de morceaux durs à reconstituer !
Sous les murs des palais, on voit des prostituées,
Tandis que courtisans continuent à gloser…
Retirons les parpaings des murs des banques centrales !
Un vent de liberté pourrait bien s'engouffrer
Caressant les mendiants en position ventrale…
Terminés, les menus, sur du papier gauffré !
Il vaut mieux tuer le luxe que priver des millions.
Oui nos vies valent autant, et notre rebellion
N'avait que trop tardé à être placardée !

Déboulonner les têtes qui ne pensent qu'à s'emplir…
Ejecter les esthètes sans rien à accomplir…
Soumettre les grognards, défenseurs de l'Empire…
Tirer sur les ficelles des pantins qui empirent…
Rejeter en arrière les vendeurs de futur…
Unifier les courants de pensée immatures…
Cracher sur les valeurs qui défendent les voleurs…
Tordre le cou des mythes enjôleurs… engeôleurs…
Interdire le pillage de notre humanité…
Ouvrir les yeux de force devant l'absurdité…
Noyer une fois pour toute les obstacles à nos routes…

Des mots, toujours des maux, et se cacher derrière…
Elections pièges à ceux que l'on laisse en arrière !
Saoulez-nous des infos de guerres et de tueries,
Tellement qu'on est heureux au fond de l'écurie !
Regardez tout le mal qu'on peut semer ailleurs !
Un havre de repos nous assurent nos bailleurs,
C'est pourquoi l'on se tait, l'on se terre et l'on vote…
Tapis dans nos maisons, avec tant de confort,
Il serait bien stupide de faire tomber nos forts,
Ouvrant au désespoir nos âmes bien dévotes !
Non, restons couchés, las, et le bulletin est là…

D'accord on vit bien mieux, et si l'on ferme l'œil,
Eh bien, on ne voit plus la misère qu'à moitié !
Si l'on ferme les deux, plus besoin de pitié,
Tous les morts de la terre, avec ou sans cercueil,
Retirés, d'un seul coup, de nos champs de vision !
Un conseil salutaire : quand la télévision
Chargée d'images atroces, entre deux tranches de pub,
Taraude nos neurones, comme un vilain succube,
Il suffit de tourner la tête vers la fenêtre,
Ouvrant nos yeux hagards sur le monde où nos maîtres
Nous disent quoi penser, manger et dépenser…

Du vent plein les oreilles, du soleil dans les yeux…
En vacances, on est bien, comme des demi-dieux,
Servis par l'indigène, bien content d'être là,
Tirant peu de profit, mais fier comme un prélat…
Redonnez-lui trois sous, il se tord et se plie,
Une reconnaissance éperdue l'illumine…
C'est bien plaisant à voir, et puis l'on nous supplie :
Tous les mendiants du monde grouillant comme une vermine
Interceptent nos pas pour demander notre aide,
Oui, mais c'est oppressant. Après cet intermède,
Nous rentrons à l'hôtel, prendre un ou deux cocktails…

Dire du mal fait du bien, mais qui va bien me lire ?
Et puis si vous lisez, qu'allez-vous donc en faire ?
Surtout, ne changez rien, à notre bon enfer !
Tudieu ! Je n'aurais plus alors qu'à me relire,
Regrettant le bon temps où tout était pourri…
Un rêve en chasse un autre. À chacun, je souris…
C'est ainsi que mon temps défile sous mes doigts
Traçant mes mots ineptes, obscurs pour des Suédois,
Insipides pour tous ceux qui pourraient les comprendre…
Oubliés de naissance, leur vie sera d'attendre,
Négligés pour du fric, comme tant d'enfants d'Afrique…

CONTEMPLER
Version imprimable, cliquez ici.

SITEWEB
Version imprimable, cliquez ici.

MÉMOIRE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

OEIL
Version imprimable, cliquez ici.

OEIL
Version imprimable, cliquez ici.

VOIR
Version imprimable, cliquez ici.

VELIB VELIB :VELIB VELIB

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

AMUSEMENT

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

MAGICIENS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SOUFRE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SORCELLERIE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

LUCIDITE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

DEMAIN
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

VOIR
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

VITRINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TEMPS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TELEVISION
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.
BLANC
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

FATIGUE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

HAINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

OISEAU

OISEAU
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

ONGLES
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SOMMEIL
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

ROUTINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TELE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

POSSESSION
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

FETE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

MOTS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

COURAGE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

PESSIMISME
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

POLYPHONIE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

GEOLOGIE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

AFRIQUE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

Index des séries de poèmes

ACROSTICHES RÉCENTS———————Nombre d’acrostiches

ABCD…JKLM…XYZ
ABANDONNER
ABSENCE
ABSURDITÉ
ACHMET*———————2
ACROSTICHE
ACROSTICHES———————12 + 11
ADMIRATION*
AFRIQUE*
AMERTUME
AMOUR
ANTIBIOTIQUES———————4
À QUOI BON———————2
ANIMAUX———————5
ANTICONSTITUTIONNELLEMENT ———————2
ARGENT———————162
ARMES———————19 + 5
ARMES
ARTISTE———————9
ARTISTES———————4
ARTISTERIE*
ASSEZ———————18
AUGMENTATION
AU SENS PROPRE
AU REVOIR NADINE
AVEUGLÉMENT
AVEC BONHEUR
BANALITÉ———————5
BLANCHE-NEIGE
BAVARDAGE
BAVARDAGES
BALEINES*
BIEN———————10
BIÈRE
BLEU
BOIRE
BOULOT
BRIDGET KYOTO*
CALCULATRISTES*
CANCÉRETTES———————5
CANCERRORISME———————2
CAMBOUIS*
CASSER
CHACUN POUR SA GUEULE
CHANGEMENT CLIMATIQUE
CHANGER LES CHOSES———————4
CHARITÉ———————20
CHARLIE HEBDO
CHASSER*
CHASSEURS ———————10
CHOQUER*
CIRCULATION*
COMPRENDRE
CONCOURS
CONFITURES
CONTREBANDE
CORPS———————63
CROIRE ———————17
COURRIRE———————20
CRIMES———————17
CRIMES———————3
CRIMINEL———————5
CRIMINALITÉ———————2
CROYANCES———————10
CRUE———————13
DÉCISION
DÉMOCRASSIE———————18
DES NOMS DES MAUX DÉMENTS DE MON DÉMON DES MOTS
DESSIN———————10
DESTINÉE
DESTRUCTION———————15
DIEU————————213 + 15
DIFFÉRENCES
DIMANCHE
DISSIMULATION
DISTRACTION*
DORMIR
———————————DOUBLES ACROSTICHES
DOUBLE SENS
DOULEUR
DUPLICITÉ
EAU———————9
ÉCOLE———————16
ÉCONOMIES———————11
ÉCRIRE———————3 + 20 + 4 + 2
ÉCRITURE———————14
EFFERVESCENTS*
ÉGALITÉ———————12
ÉGOÏSME
ÉLECTIONS*
ENFANTS———————2
ERREURS
ESCALIER
ESCROC*
ESPOIR
ESPOIRS ———————4
ÉTERNITÉ
ÉTIQUETTES*
FAIRE*
FANTASMAGORIE(S)———————11
FARIBOLES
FATALITÉ
FATIGUE———————6
FEMMES*
FILLON ———————4
FOOTBALL ———————4
FRELON ASIATIQUE———————3
FUTURISMES———————3
FÊTES
FLANBY
FOLIE(S)———————93
GACHIS
GALIMATIAS
GÉOLOGIE*
GILETS JAUNES
GUERRE
HABITUDES ———————4
HAINE———————6
HÉSITER
HOLLANDE
HORREUR*
HUMANITÉ*
HYGIÈNE
IDIOCRATIE*
ILLUSION
ILLUSIONNISME
IMMOBILIER———————15
INCOMPRÉHENSION
INCONSCIENT———————16
INCROYABLES———————4
INDIFFÉRENCE———————11
INSECTES
INSPIRATION———————2
INTERFÉRENCES
JACQUES RAFFIN
JE
JEUDI
JOIE———————2
JOURNAL*
JUMEAU
JURA
LESBIENNES
LES DIEUX ONT UN CHAMPION…
LE SENS DE LA VIE———————11
LIBERTÉ———————10 + 1
LIBERTÉS———————2
LIVRES ———————5
LUNDI ———————36 + 4
MACRON———————2
MAL
MANGER
MANGER
MÉCHANTS
MÉDECINS
MÉLANGEONS
MENSONGES*
MÉPRISER*
MÉPRIS———————2
MERCI
MÉTÉO
MINISTÈRE DE LA JUSTICE OU DE…
MINISTRE
MISERE
MOLÉCULES
MONTER EN HAUT*
MORT———————4 + 13
MOUCHE
MOURIR———————3
MOURIR
NAPOLÉON
NE RIEN CHANGER
N’IMPORTE QUOI
NOIR
NOTRE-DAME OU LEUR DRAME
NOUVEAU
NOUVELLES
ORGUEIL
OSER
PARADIS
PARADIS FISCAUX
PARDON
PARENTS
PARIS———————3
PARLER———————2
PARTAGE———————12
PAUVRETÉ ———————10
PHOTOGRAPHIE———————2
PIGEONS
PISSER DANS UN VIOLON
PIRATAGE*
PLUIE
POLICE———————12
PORTE———————19
POURQUOI———————6
PRIÈRES
PRIÈRES
PROCRASTINATION
PRODUITS
PROSTITUTION———————17
PUBLICITÉ———————32
PUZZLE
QUAND J’ÉTAIS UN ENFANT*
RACISME*
RÈGLES
RELIGIONS
RÉPÉTER———————3
RÉPÉTITION———————4
RÉTROGRADES———————4
RÊVALITÉ
RÉVEILLONS———————12
RÊVERIE
RÉVOLTE INUTILE
RIEN
RIME———————1
RIRE———————1
RIRE———————2
ROUGE
RUSE———————2
SACRON
SALAUDS
SAMEDI
SALIR———————+ 13
SDF———————7
SECS
SILENCE———————2
SILENCES*
SOI———————5
SOIS JEUNE ET T’ES TOI
SOMMEIL*
SOUPES
SPÉCULATIONS
SUICIDE———————6
SYRIE*
SYRPHE
TABAGISME———————17
TÉLÉVISIONS———————11
THÉ
TOURISME———————21
TRADITIONS
TRAVAILLER———————12
TROP———————16
TUER
VANITÉ———————15
VENDREDI TREIZE
VENTE DE CHARITÉ
VÉRITÉS*
VERS LES FÊTES DE FIN DAMNÉE
VIN
VIEILLESSE———————2
VIOLENCE
VIOLENCES ———————6
VITESSE
VOLONTÉ
VOMIR———————20
2012———————12 mois

*Acrostiches publiés sous le pseudonyme d’Achmet

Saletés de vers animés à voir se tortiller et à écouter sur Youtube :

ACROSTICHES
ARMES
CHARITÉ
CORPS
DEMOCRASSIE
DESTRUCTION
DIEU
ÉCONOMIES
ÉGALITÉ
FANTASMAGORIE(S)
FOLIE(S)
IMMOBILIER
INCONSCIENT
INDIFFÉRENCE
LE SENS DE LA VIE
PARTAGE
PROSTITUTION
TABAGISME
TÉLÉVISIONS
TOURISME
TRAVAILLER
VOMIR
2012

Index des poèmes 3D

AFRIQUE
AMUSEMENT
BLANC
CONTEMPLER
COURAGE
DEMAIN
FATIGUE
FETE
FOLLE
GEOLOGIE
HAINE
IMMIGRATION
LUCIDITÉ
MAGICIENS
MÉMOIRE
MOTS
OEIL
OEIL
OISEAU
ONGLES
PESSIMISME
POLYPHONIE
POSSESSION
ROUTINE
SITE WEB
SOMMEIL
SORCELLERIE
SOUFRE
TELE
TELEVISION
TEMPS
VELIB VELIB
VITRINE
VOIR

    …et pourquoi pas des aphorismes en relief ?

Licence Creative Commons
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.