21 acrostiches sur… TOURISME

Cliquez ici pour voir et entendre ces sales acrostiches sur TOURISME en vidéo.
Traîner ses bottes en train, en bateau, en avion,
Oublier les petits soucis que nous avions,
Un chèque et on s'envole, bonjour les indigènes !
Regardez comme c'est beau, comme c'est grand, comme c'est laid !
Ils en sont encore là, à faire cailler le lait !
Sourires bien supérieurs vraiment dénués de gêne…
Mes euros m'ont permis d'explorer la planète,
Et j'y suis pour beaucoup si la terre n'est pas nette…

Tous les pays du monde sont mon terrain de jeu.
Ouvrant mon portefeuille, pour mes futiles enjeux,
Un coup de carte Gold et l'avion me transporte,
Roulant sur le tarmac en un bruit de tonnerre.
Il est haut dans le ciel, et en bas, les cloportes
Se rendent à leurs affaires sans même lever les yeux.
Maintenant je suis loin, parmi les millionnaires,
Et nous sommes au plus près d'être des demi-dieux !

Tiens, voilà un euro, et puis fais-le durer !
Ouvre bien grand la main, j'y verse un gros billet,
Un de cent mille roupies, pour un bol de purée,
Reviens me voir demain, tu pourras t'habiller.
Il est bon d'être un prince et de venir donner,
Sauver des bons sauvages à la faim abonnés,
Métèques trop faméliques, des dieux abandonnés,
Et quand on en a marre, revoir sa maisonnée…

Tirer sur ma voiture, quelle faute impardonnable !
On vient dans leur pays, on n'est pas obligé,
Un geste humanitaire, mais il est négligé !
Regardez donc ces gueux combien déraisonnables !
Ils vous tirent au fusil, qu'on leur avait donné
Surtout pour s'entretuer, faut-il le fredonner ?
Mais si l'on ne peut plus visiter leur vrai zoo,
Eh bien, vers d'autres cieux, nous mènerons nos os !

Tais-toi, tu m'indisposes avec tes bruits de bouche.
On apprend à parler ou à chasser les mouches !
Un jour, tu vas mourir ; si tu t'es bien conduit,
Renaîtras en Europe dans un beau corps tout blanc !
Il en faut de l'espoir pour huiler les conduits,
Savoir le distiller ou savoir faire semblant,
Mérite la récompense dont on jouit tous les jours,
Emerveillés d'avoir beaucoup plus pour toujours…

Tous ces avions qui volent au-dessus de ta tête,
On les dit pleins de blancs, qui regorgent de pépètes…
Une année de labeur te donne de quoi manger,
Rien à voir avec l'or par les blancs engrangé !
Ils viennent te visiter, comme animal étrange,
Souriant de te voir nu sans que cela dérange,
Mais ils ne sont pas frères, même s'ils nous ressemblent
Et ils en sont conscients, c'est bien ce qu'il me semble…

Tu peux toujours tousser sans jamais émouvoir.
On sait que l'indigène a la santé fragile.
Un cancer, c'est normal, quand on dort sur l'argile…
Regarde tes parents, trop vieux pour se mouvoir :
Ils ont l'âge des touristes qui respirent la vigueur.
Sûrement un hasard (malchance à la rigueur),
Mais dans les pays riches, on meurt beaucoup plus tard,
Et on est enterré dans un joli costard…

Tout l'argent dépensé pour nous bien promener,
Oubliant les millions qui voudraient bien mener
Une existence humaine en venant "profiter",
Ramer sur nos galères, pour un salaire décent.
Ils ne seront jamais sur la liste "invités".
S'ils fuyaient leur pays, de l'avion on descend,
Mais plus personne n'est là, pour nous servir le vin,
Et pourquoi pas dormir au fin fond d'un ravin ?

Tout rit au visiteur descendu de l'avion,
Orgueilleux vacancier, qui profite des techniques,
Ultime homo sapiens, fraternel ou cynique,
Regardant nos malheurs pour que nous l'émouvions…
Il vient du bout du monde dépenser ses euros
Satisfait de lui-même, en gentil tourtereau
Mâtiné de rapace, car son pouvoir d'achat
Est rien moins qu'innocent, méritant les crachats…

Tout est beau quand c'est loin, après un grand voyage…
On est fier de conter qu'on est allé là-bas,
Un lourd besoin de dire nos joyeux gaspillages.
Rien n'est plus amusant que de voir qu'on abat
Innocemment des arbres pour les biscuits sucrés,
Sacrifiant les forêts, pour nos besoins sacrés,
Méprisant les humains, les plantes, les animaux
Et vénérant comme dieux les profits maximaux.

Ton superflu est fait pour être dépensé :
On t'offre un beau voyage, très loin, pour commencer.
Un séjour idyllique et des soirées dansées
Résoudront ton désir d'être récompensé.
Il n'est aucun défaut qui ne soit compensé
Si tu as de l'argent, l'art de le condenser,
Mais aussi l'habitude de le bien dispenser,
Et qu'importe si ta vie sent la viande avancée !

Toucher du bout du doigt les inégalités,
Offrir à son regard d'autres réalités,
Une nouvelle fois, fuir sa banalité,
Redouter d'éprouver sa vile mortalité,
Imposer à autrui l'insensibilité,
Savoir leur retirer toute crédibilité,
Mépriser les efforts d'invincibilité,
Et mourir à la fin, plein d'incrédulité…

Traîner son superflu sous le nez d'indigents,
Oui, mais pour découvrir la culture de ces gens !
Une intention très noble, et un but exigeant,
Rien que pour étaler en discours affligeants,
Irradiant le mépris le plus désobligeant,
Saluant l'ordre établi, d'un geste négligent —
Mais quelle médiocrité, même chez leurs dirigeants ! —
Et c'est bon de sentir qu'on est intelligent…

Tout autour de la terre, sans se donner la main…
On doit plutôt la vendre et bien souvent la tendre.
Une paume vers le ciel, ou bien le regard tendre…
Rien n'est jamais gratuit, sous un bon examen.
Il faut payer le prix du pays où l'on naît,
Sans parler des familles, des tribus ou des races…
Mentons sur les sujets que tout le monde connaît
Et taisons-nous bien fort sur ce qui embarrasse !

Tandis que les nantis viennent tromper leur ennui,
On survit sous le joug de l'argent qui nous nuit.
Un avion atterrit, bonjour la pollution !
Remarquez, les curieux, sans être une solution,
Ils dérangent gentiment, faisant bronzer leur gras,
Souriants, reposés, ignares et béats,
Mais quand on vient chez eux, ils nous mettent à la porte,
Et c'est justice enfin si Satan les emporte !

Tentation exotique, que faire du superflu ?
On ne peut pas manger plus que son intestin.
Une maison, deux maisons, un portefeuille joufflu,
Reste à partir très loin pour de joyeux festins !
Il importe bien peu que les peuples autochtones
Survivent péniblement d'un labeur monotone,
Mûris sous le harnais des colonisateurs
Et exploités depuis par des conservateurs.

Tour du monde par ici, et croisière à babord…
On sait qu'on peut toujours consommer à ras bord,
Un commerçant est là, pour nous offrir du luxe,
Rien ne vaut un voyage, sans poignet qu'on se luxe.
Il suffit de verser quelques milliers d'euros…
Simplement le salaire d'une vie de labeur,
Mais versé par caprice, par plaisir de flambeur,
Et en semant des miettes, par stériles tombereaux…

Tu peux perdre ton temps à faire le tour du globe,
Ou grimper jusqu'en haut des sommets les plus snobs…
Un jour, tu reviendras, déçu et fatigué,
Retourné au château, lassé d'investiguer.
Il n'est pas en Asie, le sage le plus précieux,
Si tu cherchais la science, ou bien l'art sous les cieux,
Mais non, il est tout près, l'homme le plus singulier,
Et cette personne était ton voisin de palier !

Tout autour de la terre, on trouve les mêmes humains.
On les déguise un peu, on décore leurs maisons…
Un chapeau sur la tête, un dessin sur les mains…
Rien de bien important, sauf les conjugaisons ?
Ils croient à mille sornettes, sans rimes ni raisons,
Se font tous exploiter, à des degrés divers,
Méprisés par en haut, en été, en hiver,
Et fiers de leurs folies, de leurs déclinaisons.

Tout cet argent perdu, ce kérosène futile,
Ont servi à flatter l'orgueil des vacanciers.
Un jour viendra sans doute où les ptérodactyles
Resteront au tarmac, et où le balancier
Ira frapper au front les imbéciles heureux,
Saturés du bonheur de leur argent peureux.
Mais, en attendant ça, la misère coule à flot
Encombrant les destins, en les rendant falots…

Tout ne sera pas dit parce que les mots nous manquent.
On s'étouffe en pensant à ces joyeux noceurs,
Unis par le plaisir de comparer leurs banques,
Roucoulant du bonheur de se rêver penseurs.
Ils sont bien persuadés d'apporter des richesses,
Saoulés de leur grandeur, comme il sied aux duchesses,
Mais la réalité n'en sort jamais grandi
Et l'on n'en finira qu'avec les poings brandis !

CONTEMPLER
Version imprimable, cliquez ici.

SITEWEB
Version imprimable, cliquez ici.

MÉMOIRE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

OEIL
Version imprimable, cliquez ici.

OEIL
Version imprimable, cliquez ici.

VOIR
Version imprimable, cliquez ici.

VELIB VELIB :VELIB VELIB

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

AMUSEMENT

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

MAGICIENS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SOUFRE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SORCELLERIE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

LUCIDITE

Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

DEMAIN
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

VOIR
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

VITRINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TEMPS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TELEVISION
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.
BLANC
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

FATIGUE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

HAINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

OISEAU

OISEAU
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

ONGLES
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

SOMMEIL
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

ROUTINE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

TELE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

POSSESSION
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

FETE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

MOTS
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

COURAGE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

PESSIMISME
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

POLYPHONIE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

GEOLOGIE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

AFRIQUE
Pour un meilleur confort de lecture, cliquez ici.

Index des séries de poèmes

ACROSTICHES RÉCENTS———————Nombre d’acrostiches

ABCD…JKLM…XYZ
ABANDONNER
ABSENCE
ABSURDITÉ
ACHMET*———————2
ACROSTICHE
ACROSTICHES———————12 + 11
ADMIRATION*
AFRIQUE*
AMERTUME
AMOUR
ANTIBIOTIQUES———————4
À QUOI BON———————2
ANIMAUX———————5
ANTICONSTITUTIONNELLEMENT ———————2
ARGENT———————162
ARMES———————19 + 5
ARMES
ARTISTE———————9
ARTISTES———————4
ARTISTERIE*
ASSEZ———————18
AUGMENTATION
AU SENS PROPRE
AU REVOIR NADINE
AVEUGLÉMENT
AVEC BONHEUR
BANALITÉ———————5
BLANCHE-NEIGE
BAVARDAGE
BAVARDAGES
BALEINES*
BIEN———————10
BIÈRE
BLEU
BOIRE
BOULOT
BRIDGET KYOTO*
CALCULATRISTES*
CANCÉRETTES———————5
CANCERRORISME———————2
CAMBOUIS*
CASSER
CHACUN POUR SA GUEULE
CHANGEMENT CLIMATIQUE
CHANGER LES CHOSES———————4
CHARITÉ———————20
CHARLIE HEBDO
CHASSER*
CHASSEURS ———————10
CHOQUER*
CIRCULATION*
COMPRENDRE
CONCOURS
CONFITURES
CONTREBANDE
CORPS———————63
CROIRE ———————17
COURRIRE———————20
CRIMES———————17
CRIMES———————3
CRIMINEL———————5
CRIMINALITÉ———————2
CROYANCES———————10
CRUE———————13
DÉCISION
DÉMOCRASSIE———————18
DES NOMS DES MAUX DÉMENTS DE MON DÉMON DES MOTS
DESSIN———————10
DESTINÉE
DESTRUCTION———————15
DIEU————————213 + 15
DIFFÉRENCES
DIMANCHE
DISSIMULATION
DISTRACTION*
DORMIR
———————————DOUBLES ACROSTICHES
DOUBLE SENS
DOULEUR
DUPLICITÉ
EAU———————9
ÉCOLE———————16
ÉCONOMIES———————11
ÉCRIRE———————3 + 20 + 4 + 2
ÉCRITURE———————14
EFFERVESCENTS*
ÉGALITÉ———————12
ÉGOÏSME
ÉLECTIONS*
ENFANTS———————2
ERREURS
ESCALIER
ESCROC*
ESPOIR
ESPOIRS ———————4
ÉTERNITÉ
ÉTIQUETTES*
FAIRE*
FANTASMAGORIE(S)———————11
FARIBOLES
FATALITÉ
FATIGUE———————6
FEMMES*
FILLON ———————4
FOOTBALL ———————4
FRELON ASIATIQUE———————3
FUTURISMES———————3
FÊTES
FLANBY
FOLIE(S)———————93
GACHIS
GALIMATIAS
GÉOLOGIE*
GILETS JAUNES
GUERRE
HABITUDES ———————4
HAINE———————6
HÉSITER
HOLLANDE
HORREUR*
HUMANITÉ*
HYGIÈNE
IDIOCRATIE*
ILLUSION
ILLUSIONNISME
IMMOBILIER———————15
INCOMPRÉHENSION
INCONSCIENT———————16
INCROYABLES———————4
INDIFFÉRENCE———————11
INSECTES
INSPIRATION———————2
INTERFÉRENCES
JACQUES RAFFIN
JE
JEUDI
JOIE———————2
JOURNAL*
JUMEAU
JURA
LESBIENNES
LES DIEUX ONT UN CHAMPION…
LE SENS DE LA VIE———————11
LIBERTÉ———————10 + 1
LIBERTÉS———————2
LIVRES ———————5
LUNDI ———————36 + 4
MACRON———————2
MAL
MANGER
MANGER
MÉCHANTS
MÉDECINS
MÉLANGEONS
MENSONGES*
MÉPRISER*
MÉPRIS———————2
MERCI
MÉTÉO
MINISTÈRE DE LA JUSTICE OU DE…
MINISTRE
MISERE
MOLÉCULES
MONTER EN HAUT*
MORT———————4 + 13
MOUCHE
MOURIR———————3
MOURIR
NAPOLÉON
NE RIEN CHANGER
N’IMPORTE QUOI
NOIR
NOTRE-DAME OU LEUR DRAME
NOUVEAU
NOUVELLES
ORGUEIL
OSER
PARADIS
PARADIS FISCAUX
PARDON
PARENTS
PARIS———————3
PARLER———————2
PARTAGE———————12
PAUVRETÉ ———————10
PHOTOGRAPHIE———————2
PIGEONS
PISSER DANS UN VIOLON
PIRATAGE*
PLUIE
POLICE———————12
PORTE———————19
POURQUOI———————6
PRIÈRES
PRIÈRES
PROCRASTINATION
PRODUITS
PROSTITUTION———————17
PUBLICITÉ———————32
PUZZLE
QUAND J’ÉTAIS UN ENFANT*
RACISME*
RÈGLES
RELIGIONS
RÉPÉTER———————3
RÉPÉTITION———————4
RÉTROGRADES———————4
RÊVALITÉ
RÉVEILLONS———————12
RÊVERIE
RÉVOLTE INUTILE
RIEN
RIME———————1
RIRE———————1
RIRE———————2
ROUGE
RUSE———————2
SACRON
SALAUDS
SAMEDI
SALIR———————+ 13
SDF———————7
SECS
SILENCE———————2
SILENCES*
SOI———————5
SOIS JEUNE ET T’ES TOI
SOMMEIL*
SOUPES
SPÉCULATIONS
SUICIDE———————6
SYRIE*
SYRPHE
TABAGISME———————17
TÉLÉVISIONS———————11
THÉ
TOURISME———————21
TRADITIONS
TRAVAILLER———————12
TROP———————16
TUER
VANITÉ———————15
VENDREDI TREIZE
VENTE DE CHARITÉ
VÉRITÉS*
VERS LES FÊTES DE FIN DAMNÉE
VIN
VIEILLESSE———————2
VIOLENCE
VIOLENCES ———————6
VITESSE
VOLONTÉ
VOMIR———————20
2012———————12 mois

*Acrostiches publiés sous le pseudonyme d’Achmet

Saletés de vers animés à voir se tortiller et à écouter sur Youtube :

ACROSTICHES
ARMES
CHARITÉ
CORPS
DEMOCRASSIE
DESTRUCTION
DIEU
ÉCONOMIES
ÉGALITÉ
FANTASMAGORIE(S)
FOLIE(S)
IMMOBILIER
INCONSCIENT
INDIFFÉRENCE
LE SENS DE LA VIE
PARTAGE
PROSTITUTION
TABAGISME
TÉLÉVISIONS
TOURISME
TRAVAILLER
VOMIR
2012

Index des poèmes 3D

AFRIQUE
AMUSEMENT
BLANC
CONTEMPLER
COURAGE
DEMAIN
FATIGUE
FETE
FOLLE
GEOLOGIE
HAINE
IMMIGRATION
LUCIDITÉ
MAGICIENS
MÉMOIRE
MOTS
OEIL
OEIL
OISEAU
ONGLES
PESSIMISME
POLYPHONIE
POSSESSION
ROUTINE
SITE WEB
SOMMEIL
SORCELLERIE
SOUFRE
TELE
TELEVISION
TEMPS
VELIB VELIB
VITRINE
VOIR

    …et pourquoi pas des aphorismes en relief ?

Licence Creative Commons
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.